LE PROJET DU PROMOTEUR A BELLE-ILE-EN-MER

Publié le par Les amis du moulin Mathias

 
HISTORIQUE POUR CEUX ARRIVENT
SUR LE BLOG DU COLLECTIF DE KERZO
 

Moulin-de-Kerzo-ancienne-photo.jpg 
LE MOULIN DE KERZO (TEL QU'IL ÉTAIT CONSERVÉ JUSQU'À PRÉSENT) 
ET SA FERME 

 L’historique :

 

 Le moulin de Kerzo et sa ferme étaient abandonnés depuis une vingtaine d’années. Rachetés en 1999, par M. GALLOT LAVALLÉE, celui-ci décide, en septembre 2008 de déposer un permis de construire pour entreprendre la rénovation du site.

 
Beau projet que la remise en activité de la meunerie dans la « tradition d’autrefois ». Tout un chacun se réjouit  de la remise en état de ce moulin faisant partie du patrimoine bellilois et situé dans un secteur de point de vue en zone protégée.

  Mais qu’y a-t-il derrière ce projet du moulin?

  C’est la question que se pose avec inquiétude une partie de la population de Belle-Ile dès le mois de mai 2009.

 
En effet, un permis de construire a été accordé en décembre 2008 pour la rénovation de la ferme et du moulin : restauration du moulin, activité de meunerie (production de 200 t. de farine/an), un logement pour le meunier, trois logements locatifs pour les employés, une table d’hôtes (15 P) et un hangar de stockage. Le propriétaire obtient 300000 euros de subventions pour son projet de meunerie.

 Seulement, le 27 mai 2009, le projet a changé : le promoteur annonce qu' il veut « un retour sur investissement » : ce sera 20 chambres, une pizzéria-crêperie et un bar licence IV. 

 
Ce projet,  situé en zone NC et NDs, zones naturelles protégées, bien qu'illégal  est tout-de-même approuvé par le Conseil Municipal car le promoteur promet une activité à l'année et la création de 7 emplois. 

 Un mouvement s’organise dans la population et le Collectif de Kerzo se crée.

 Une lettre est envoyée au maire, le 6 août, attirant son attention sur le fait qu’il s’agit d’une opération sans rapport avec le permis accordé, et qu’elle est contraire au Plan d’Occupation des Sols qui interdit toute activité d’hôtellerie et de loisirs en zone NC.


L'activité de meunerie apparaît comme secondaire :
*Le hangar de stockage pour le blé qui a été prévu comme une maison avec portes et fenêtres (!),  est transformé en salle de réunions pour l'activité d'hôtellerie. 


*Quant à la production de blé, elle ne pourrait se faire que sur les 4 ha dont dispose le promoteur qui n'est pas agriculteur. Aucun accord passé avec les agriculteurs de Belle-Ile.


Il apparaît  que le projet de meunerie et de rénovation du moulin n’est qu’un prétexte à une opération commerciale pure et simple qui ne pourra fonctionner l'hiver et ne développera que des emplois saisonniers.

Le 10 septembre 2009, lors du Conseil Municipal, la mairie décide d'une révision simplifiée du POS afin de changer la zone du moulin, pour rendre légal, après coup, ce projet commercial.

 

Le Collectif réagit, envoie plusieurs lettres au maire mais n'obtient jamais de rendez-vous.

Les opposants au projet du promoteur subissent menaces et intimidations: Voiture taguée, pneus crevés. Un pétition initiée par le promoteur circule c'est un appel à la haine contre les opposants à son projet. 

 A noter : ni le maire, ni son adjoint à l'urbanisme qui soutient ce projet, n'ont désavoué de tels actes.

 

L'ENQUÊTE PUBLIQUE pour la RÉVISION DU POS démarre le 20 octobre et dure jusqu'au 20 novembre, avec 4 demi-journées en présence du Commissaire enquêteur. L'adjoint à l'urbanisme, soutien incontestable du projet du promoteur, est son interlocuteur privilégié. 

 

RESULTAT DE L'ENQUÊTE, LE 17 DÉCEMBRE  2009:

 

AVIS FAVORABLE(sans aucune réserve !)DU COMMISSAIRE ENQUÊTEUR qui ne tient pas compte de  1240 AVIS OPPOSÉS dont de nombreuses lettres argumentées opposées à cette révision du POS, et met en avant les 112 avis favorables (sans argumentaire) des registres d'enquête !

 

LA ZONE NC  et une partie de la ZONE NDS deviennent ainsi ZONE NT en dépit de la "loi Littoral" qui s'applique sur ce site.

 

Ce changement de zone permet dès à présent au promoteur de déposer un permis de construire pour des bâtiments touristiques et commerciaux en remplacement des bâtiments agricoles démolis.

 

Cependant, la DDE qui a donné son accord, n'a pas caché qu'il pourrait y avoir des recours contre cette révision du POS, illégale. C'est pourquoi, depuis début janvier, LA LOI LITTORAL subit toutes les attaques de la part de la mairie de Sauzon qui veut faire passer ce projet.

 


 A lire dans la rubrique "PAGES" du blog du COLLECTIF DE KERZO l'intégralité du RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUÊTEUR, et "LES COMMENTAIRES DÉLIRANTS DE LA PÉTITION DU WEB"


Pour plus d'infos, lisez les articles publiés SUR L'ENQUÊTE PUBLIQUE :

"RESULTAT DE L'ENQUÊTE PUBLIQUE"

"OUEST FRANCE DU 11 janvier 2010"

"LES SURPRISES DU DOSSIER D'ENQUÊTE"

 "ARTILLERIE LOURDE CONTRE LA LOI LITTORAL"
"LA PRESSE DU 27 janvier 2010)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans HISTORIQUE

Commenter cet article