L'INACCESSION A LA PROPRIÉTÉ...

Publié le par Les amis du moulin Mathias

 

EN FRANCE, UNE EVOLUTION DES PRIX ET DÉPENSES DE LOGEMENT TROIS FOIS SUPÉRIEURS AUX REVENUS 

 

Avec des logements de plus en plus inaccessibles, c'est la population (classes moyennes et modestes)  qui ne peut accèder à la propriété. Belle-Ile subit comme partout cette dégradation, les salaires ne suivant pas le prix de l'immobilier. 

 

LE MONDE jeudi 2 décembre 2010

Le-Monde-p1-dec.jpg

 

Le-mondeP.2.jpg

 

Le-MondeP3.jpgimg010.jpg

 

Commentaires


Bien d'accord avec cette dégradation des possibilités de devenir propriétaire due au prix du foncier surtout. La pression est forte dans les grandes villes et dans les zones touristiques.

Belle-Ile avec son territoire limité y est exposée plus qu'ailleurs. Comme en Ile-de-France, ici, les prix des terrains s'envolent et sont difficilement accessibles aux revenus bellilois.

Et j'ajouterai que, même en disposant d'un terrain, un jeune ménage ayant des revenus saisonniers n'a pas les moyens financiers de construire.

Il ne faut pas avoir peur de dire que c'est la première raison qui les maintient en mobil-home.
Commentaire n°1 posté par P.G. SAUZON hier à 12h33

Comme partout en France, mêmes effets et mêmes résultats : un foncier trop élevé et des revenus insuffisants. Si le nombre des propriétaires décroit partout on ne voit pas pourquoi à Belle-Ile cela se présenterait différemment.

 

Ce sont les communes de Belle-ile qui doivent dans le cadre des PLU, créer des réserves foncières pour les habitants qui y ont leur activité et non chercher à tout prix à contourner la loi littoral, ce qui ne résoudrait en rien les problèmes de logement mais en revanche permettrait aux promoteurs de faire aboutir leurs projets. 

 

Ne l'oublions pas, le projet hôtelier du moulin de Kerzo, est toujours en attente...

 

 

 

Oh,...le proprio du moulin n'a pas d'souci à s'faire, lui, de ce côté -là......



Commentaire n°2 posté par Arlette Martin aujourd'hui à 12h53

 

Ce ne sont évidemment pas les très hauts revenus qui souffrent de cette hausse de l'immobilier et du foncier. Ils sont super propriétaires  et peuvent malgré cette crise, continuer à investir et envisager des gains spéculatifs.

 

Oui, c’est le cas, ici à Belle-Ile, de notre super nanti de promoteur ! Pour lui, pas de mobil-home ! Il peut dormir tranquille dans sa super résidence principale à la pointe de Kerzo et sa super résidence secondaire dans le quartier le plus chic  (et le plus cher !) de la capitale, rue Mazarine. 

 

Il peut aussi rêver à ses gains spéculatifs futurs…mais dort-il sur ses deux oreilles avec quatre recours au derrière !

 (Rappel : 2 recours de l'Union Belliloise, 1 recours de "Bien Vivre à Sauzon" et l recours des Amis de Chemins de Ronde)

Réponse de Les amis du moulin Mathias aujourd'hui à 21h04

Publié dans PRESSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vanessa 22/02/2015 12:11

Il est très difficile maintenant de devenir propriétaire. Je pense que c'est le plus grand privilège que l'on peut avoir durant toute notre vie.

Arlette Martin 12/12/2010 12:53


Oh,...le proprio du moulin n'a pas d'souci à s'faire, lui, de ce côté -là......






Les amis du moulin Mathias 12/12/2010 21:04






Ce ne sont évidemment pas les très hauts revenus qui souffrent de cette hausse de l'immobilier et du foncier. Ils sont super
propriétaires  et peuvent malgré cette crise, continuer à investir et envisager des gains spéculatifs.


 


Oui, c’est le cas, ici à Belle-Ile, de notre super nanti de promoteur ! Pour lui, pas de mobil-home ! Il peut dormir tranquille dans
sa super résidence principale à la pointe de Kerzo et sa super résidence secondaire dans le quartier le plus chic  (et le plus cher !) de la
capitale, rue Mazarine. 


 


Il peut aussi rêver à ses gains spéculatifs futurs…mais dort-il sur ses deux oreilles avec quatre recours au derrière !


 (Rappel : 2 recours de l'Union Belliloise, 1 recours de "Bien Vivre à Sauzon" et l recours des Amis de Chemins de Ronde)



P.G. SAUZON 11/12/2010 12:33


Bien d'accord avec cette dégradation des possibilités de devenir propriétaire due au prix du foncier surtout. La pression est forte dans les grandes villes et dans les zones touristiques.

Belle-Ile avec son territoire limité y est exposée plus qu'ailleurs. Comme en Ile-de-France, ici, les prix des terrains s'envolent et sont difficilement accessibles aux revenus bellilois.

Et j'ajouterai que, même en disposant d'un terrain, un jeune ménage ayant des revenus saisonniers n'a pas les moyens financiers de construire.

Il ne faut pas avoir peur de dire que c'est la première raison qui les maintient en mobil-home.


Les amis du moulin Mathias 12/12/2010 02:05



Comme partout en France, mêmes effets et mêmes résultats : un foncier trop élevé et des revenus insuffisants. Si le nombre des propriétaires décroit partout on ne voit pas pourquoi à Belle-Ile
cela se présenterait différemment.


Ce sont les communes de Belle-ile qui doivent dans le cadre des PLU, créer des réserves foncières pour les habitants qui y ont leur activité et non chercher à tout prix à contourner la loi
littoral, ce qui ne résoudrait en rien les problèmes de logement mais en revanche permettrait aux promoteurs de faire aboutir leurs projets. 


Ne l'oublions pas, le projet hôtelier du moulin de Kerzo, est toujours en attente...